YGGTorrent - Tous droits réservés © 2017   Nouveau site de téléchargement de films sortis en 2017 / 2018 / 2019 / 2020

Des milliers de films à télécharger avec Utorrent

Avec l'offre de films à télécharger, regarder vos films sur tous supports c'est tout de suite et en toute simplicité ! YggTorrent, un service multi-supports : Windows, application Android, iOS et tablettes tactiles, c'est selon votre envie ! Découvrez vos films et séries à télécharger gratuitement et en illimité.


ACCUEIL

Sortie Cinéma

Notre sélection des films à ne pas rater sur YggTorrent

Télécharger

Accueil:  1  2  3   4   5  6   7   8  9   10  11 12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34   35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58   59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70

Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Télécharger » ci-dessus et le téléchargement débutera !

Section XXX
Séries

  Drame

De Ala Eddine Slim

Avec Abdullah Miniawy, Souhir Ben Amara, Khaled Ben Aissa

Nationalités tunisienne, française

2h 00min

Qualité : HD 1080p
Format : MKV
Langue : Français,
Codec vidéo : x265 à 1947kbps
Codec audio : AC3 (5.1) à 448kbps

Taille: 2.8 GO  

Dans une caserne en Tunisie, un jeune soldat informé du décès de sa mère se voit accorder une permission. Il déserte et s'enfonce dans une mystérieuse forêt..


Complet: 25841   Seeders: 9639  Leechers: 5243


.…Télécharger le torrent….


Télécharger le torrent du film Sortilège (Tlamess)


Télécharger le film Sortilège (Tlamess) en VF et HD - torrent

24 / 02 / 2020

Infos du film:

Source: lepolyester.com


QUELQUE PART DANS LE TEMPS

Il y a des films qui sont comme une bonne paire de chaussons, c’est-à-dire qu’ils offrent le plaisir négligeable du confort et de la familiarité. A l’inverse, certains films sont comme des bottes de sept lieues. Ils nous projettent soudain dans des mondes insoupçonnés, nous font brutalement décoller du plancher des vaches pour nous amener très loin, très vite, quitte à nous secouer. Sortilège (Tlamess) appartient à cette deuxième famille. Celle des films fous, qui n’ont peur ni du ridicule ni de l’ambition, en qui en prenant le risque de nous perdre, gagnent au contraire tout en retour.

« Ce que je vais vous dire ne va sans doute pas vous surprendre » semble nous prévenir l’une des première lignes de dialogue film. Quelle ironie, car non seulement il n’y aura quasiment plus aucune phrase de prononcée par la suite, mais Sortilège ne va faire que ça : nous surprendre. Il y a bel et bien un fil narratif dans l histoire de ce soldat à qui l’on confie une semaine de permission suite à un décès. Mais à quel moment comprend-on que le l’incroyable expérience de spectateur qui nous attend nécessite justement de ne plus suivre ce fil, et laisser les conventions narratives de coté ?

Quand réalise t-on que le film a quitté terre, et nous avec ? A mi-film? Dans les nombreux tours de forces visuels de sa première partie (une caméra survolant la ville dans un fascinant travelling arrière, une autre fuite en avant qui hypnotise à force de ne plus finir) ? Dès l’arrivée de la formidable bande originale, comme un orage sonore qui hypnotise ? Dès l’apparition furtive, dans le tous premiers plans, d’un clin d’œil à 2001, l’odyssée de l’espace ? Sur les pas du protagoniste, la caméra avance encore et toujours, elle traverse la brume, la nuit, la forêt, le ciel, sans rien qui semble pouvoir l’arrêter. Jusqu’où ?


Ceux qui ont vu le précédent film d’Ala Eddine Slim, le déjà singulier et enthousiasmant (et muet) The Last of Us savent que le cinéaste tunisien n’a pas peur des frontières cinématographiques. Il les enjambe à nouveaux à pas de géant, à coups de trouvailles et visions qui laissent béat d’admiration : celle entre la fable et le réel, entre le monde des vivants et celui des morts, entre le règne humain et le règne animal, entre le passé et le futur, mais aussi – de façon presque plus inattendue encore – la frontière entre hommes et femmes. Ce qu’il reste quand on a fui tout cela, le monde dans lequel on se retrouve alors, voilà ce que Slim met en scène.


Les soldats fantomatiques que l’on suit dans les premières scènes semblent faire écho à ceux des films d’Apichatpong Weerasethakul. Mais ce n’est ni un simple clin d’œil ni un hasard si les personnages principaux de Sortilège sont un soldat (soit ce qu’un homme peut faire de plus viril) et une femme au foyer enceinte (la vision la plus soi-disant féminine d’une femme), et qu’aucun des de deux ne se sent à sa place. C’est comme si leur décalage (avec le monde qui les entoure, leur identité, leur genre) servait ici de clé pour un gigantesque changement de paradigme à venir. Sortilège plonge dans la magie à très grande échelle, comme si on avait pris le monde pour le retourner comme un Rubik’s Cube. Il fallait un talent fou pour être à la hauteur de ce pari. C’est chose faite.